HIGHWAY 2202

A côté de la Highway 66, de la Carretera Austral, ou de la Dempster Road, il est des routes tout aussi mythiques, bien qu’un peu moins célèbres. C’est ainsi que par un beau Dimanche d’Avril, je me suis embarqué à vélo sur la fameuse Highway 2202, celle qui traverse la République Libre du Val d’Entraunes, ce minuscule pays qui vient au second rang mondial pour le Bonheur Intérieur Brut (juste après le Bhoutan, dont les tickets d’entrée sont cependant – il faut le noter – infiniment plus élevés).
12976716_10206291005060432_2008222909104557872_o
Les photos qui suivent suffisent à illustrer ce qui a rendu cette route 2202 aussi légendaire : ponts emportés (et donc traversée à gué du Var), tunnels écroulés (et donc vertigineux passage en corniche). A noter que ce week-end, elle n’était néanmoins coupée par aucun glissement de terrain, mais seulement, bien plus banalement, par les 5 mètres de neige qui subsistent encore au Col de la Cayolle.
12983289_10206291010100558_4957362249376133971_o
Ce fut pour moi un heureux hasard, qui justifia d’interrompre mon irrésistible ascension au niveau du dernier village, à Estenc. Celà tombait on ne peut mieux car j’étais complètement fatigué. Mais content, car celà faisait justement longtemps que le Destenc ne m’avait pas envoyé de message aussi limpide. Je pus même, sur place, observer à loisir les curieuses coutumes des populations locales, comme l’habitude de laisser sur le pas de porte des oeufs frais en libre service. Si seulement les Niçois avaient la même idée (au moins les jours de manifs)….
12967978_10206291009300538_8459945113511860608_o

Chez nous, l’hiver montre toujours patte blanche avant d’entrer…

C’est chose faite depuis Jeudi dernier. Les grands cols, dont le notre, celui de la Cayolle, sont donc fermés à la circulation. Mais c’est compter sans un soleil méditerranéen qui s’évertue à repousser le plus longtemps possible les avances de ce gros ours hivernal mal-léché. La route du col se retrouve donc fréquemment à la fois officiellement interdite et cependant entièrement déneigée.

dsc_0031

Pour le cycliste s’ouvre alors le plus beau moment de l’année. Celui où la route lui appartient enfin, celui où le plaisir est décuplé par la transgression de l’interdit, et enfin celui des plus beaux paysages, engendrés par cette transition inexorable mais incertaine entre les fastes colorés de l’automne et le blanc de l’hiver.

dsc_0084

Quelques automobilistes s’y risquent bien aussi, mais la vitesse les prive – le savent-ils ? – d’une multitude d’émerveillements, comme cette simple branche morte, devenue sculpture contemporaine…

dsc_0115

C’est ce plaisir simple et subtil que je me suis offert cet après-midi…

Travelling arrière ou le dernier papillon bleu

d71_6284

Il y a des moments dans la vie où, comme pour mieux mesurer le chemin parcouru, on ressent le besoin de revenir à son point de départ. Ainsi, l’autre jour, ai-je quitté ma nouvelle maison d’Estenc en marchant à reculons, avec pour but de revenir – sac au dos et par la montagne – au hameau de Villeplane, qui fut, il y a plus de vingt ans, mon premier lieu de résidence dans le Val d’Entraunes.

L’itinéraire qui passe par Sauze dont j’ai squatté longtemps l’une des anciennes chapelles, Saint Macaire (un grand pas en avant vers la sainteté), emprunte des sentiers particulièrement sauvages, et dessine un balcon haut-perché sur la rive droite de la vallée du Var.

d71_6255

Voici donc les réponses que j’ai pu glaner le long du chemin au cours de ces trois jours de marche et de ces deux bivouacs

La solitude. Pas de celle dont on souffre, mais au contraire celle dont on jouit (parce qu’il est bon et nécessaire de se déconnecter des autres et de se retrouver soi-même)

d71_6455

La sensation permanente de planer très haut au-dessus de la vallée et des villages, qui vous rend léger, si léger, comme un oiseau (“J’avais la vérité posée sur les cheveux comme un oiseau et je tutoyais tous les anges” dixit Morice Bénin)

L’indicible beauté des lumières obliques de l’automne qui se jettent, coupantes, sur la dorure douce des alpages (j’espère que mes photos en auront capté quelques fulgurances)

d71_6335

Le prodige éphémère des dernières fleurs et le miracle de l’ultime papillon bleu.

d71_6210

L’immensité nocturne du cosmos qui nous rend à notre condition de poussière d’étoiles, et nous donne une grande leçon silencieuse d’humilité.

d71_6384

Et enfin, au bout du chemin, la joie de retrouver à Villeplane un autre Perez – mon fils aîné. Prendre alors soudainement conscience qu’en marchant on sème parfois, sans s’en rendre compte, des graines fertiles…

28-30 Septembre 2016.