Pousser la porte de mes rêves

Je n’ai heureusement pas attendu d’avoir franchi la Highway 66 (balais) pour essayer de vivre les rêves de l’enfant que je ne suis plus depuis longtemps et que pourtant je serai toujours. Le premier fut de vivre en montagne et de la montagne. Celà m’a gagné à 20 ans et jamais plus quitté depuis. J’ai la chance d’habiter depuis de longues années l’une des plus belles vallées des Alpes et l’une des plus sauvages. Et j’en suis toujours amoureux fou…. Le second était d’avoir des enfants, sans doute parce qu’issu moi-même d’une famille mono-parentale un peu triste. Mes petits merdeux sont devenus de beaux adultes, tous très différents, mais des hommes et des femmes dont on peut dire simplement « ce sont des gens bien ». N’empêche que l’irruption sur terre de ces maudits garnements m’avait freiné dans la réalisation du dernier de mes rêves : courir le monde en toute liberté, en capter la beauté au travers de quelques photos, et en décrire les émotions en quelques lignes. Bref, jouer les globe-trotters.

A la rencontre de mes rêves. 2015. Haines (Alaska)

Ce moment est venu. Dans deux semaines, je serai libre. J’avais osé entre-bailler l’an dernier, le temps bien trop court d’un mois de Septembre, la porte de mon dernier rêve, en me lançant pendant un mois sur les routes du Yukon, d’Alaska et de Colombie Britannique… Je n’aurais jamais dû… Le voyage – le vrai – est un mode de vie dont on ne sait jamais si l’on en reviendra un jour.

Je vais partir, donc. A pied et à vélo, les deux seuls moyens de locomotion adaptés à ma lenteur et à mes rêveries. Et ce blog sera l’expression, je l’espère, de tout ce que l’on peut trouver derrière la porte de ses rêves.

A bientôt.

6 réflexions sur « Pousser la porte de mes rêves »

    1. Je ne regrette pas du tout mon voyage au Canada. J’ai regretté uniquement d’avoir, au bout d’un mois, la contrainte du retour. C’était comme refermer une fenêtre et les volets quand dehors le ciel est lumineux et que le temps est propice à toutes les escapades. Et mes prochains voyages – France ou Chili – auront ceci de nouveau que seul le jour de départ en sera fixé. Bises.

      1. Enfin, un départ qui ne sera pas en service commandé , comme aurait dit mon paternel. Et à l’heure où les autres se retirent dans leur tanière ! Je partirai bientôt, moi aussi, mais pour un tour d’Europe et surtout d’Italie pour les belles oeuvres.
        Quand le temps n’est plus d’être là où l’on est, il ne faut pas rester. Il reste tant à regarder et si peu à survivre encore un peu … Bisous.

  1. Belle idée , ce coaching avec une fidèle qui vous rassure sur votre projet … Et puis , comme disait Lacan, avec les ex, au moins, on sait ce qu’on n’a pas ..
    Bon, ne me dis pas que tu gagnes la Bretagne à vélo …. Bisous et belle énergie pour la suite . Annick

  2. Jolis récits…
    Je vous suis avec peine …a chaque fois que je vous lis j aimerais avoir une carte pour parcourir en même temps vos petites routes car tous ces lieux me sont inconnus…

  3. Bonjour Paquito, belle route à toi !! …
    « N’empêche que l’irruption sur terre de ces maudits garnements m’avait freiné dans la réalisation du dernier de mes rêves », nous partageons le même rêve et si je profite de chaque jour que je passe jongler entre le travail et ses 4 enfants qui rythment ma vie, je trouve toujours un moment pour rêver à mon futur voyage, ma troisième vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.