Chez nous, l’hiver montre toujours patte blanche avant d’entrer…

C’est chose faite depuis Jeudi dernier. Les grands cols, dont le notre, celui de la Cayolle, sont donc fermés à la circulation. Mais c’est compter sans un soleil méditerranéen qui s’évertue à repousser le plus longtemps possible les avances de ce gros ours hivernal mal-léché. La route du col se retrouve donc fréquemment à la fois officiellement interdite et cependant entièrement déneigée.

dsc_0031

Pour le cycliste s’ouvre alors le plus beau moment de l’année. Celui où la route lui appartient enfin, celui où le plaisir est décuplé par la transgression de l’interdit, et enfin celui des plus beaux paysages, engendrés par cette transition inexorable mais incertaine entre les fastes colorés de l’automne et le blanc de l’hiver.

dsc_0084

Quelques automobilistes s’y risquent bien aussi, mais la vitesse les prive – le savent-ils ? – d’une multitude d’émerveillements, comme cette simple branche morte, devenue sculpture contemporaine…

dsc_0115

C’est ce plaisir simple et subtil que je me suis offert cet après-midi…

Une réflexion sur « Chez nous, l’hiver montre toujours patte blanche avant d’entrer… »

  1. Par hasard ou presque grâce à un personnage mysterieux, j’ai pris mon pied (pas dans la pédale d’un vélo) à apprécier images et textes. Merci Mr…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.