Retour au point de départ

Je suis un fils de réfugié et j’en suis fier.

Mon père a fui la barbarie franquiste (35000 exécutions par les Phalangistes en 1939) à bord d’un des derniers bateaux partis de Carthagène. Il est arrivé à Oran, en Algérie, où on laissa le navire bondé à quai plus d’une semaine, avec, pour tout ravitaillement, de l’eau et du pain. Il avait 22 ans. Là, on l’a envoyé au fond du Sahara, à Kenadza, à côté de Béchar, dans un camp de travaux forcés – huitième compagnie de Travailleurs Etrangers – où il échappa de peu à une épidémie de typhus ou de choléra, tant les conditions de vie étaient inhumaines. Libéré en 1944, il obtiendra le statut de réfugié, puis la nationalité Française (avant de récupérer bien plus tard l’Espagnole).

Son éducation n’a rien coûté à la France. Par contre, il a payé cotisations sociales et impôts dans son pays d’adoption jusqu’à sa mort.


Je suis un fils de réfugié et j’en suis fier, comme je suis fier de mon ascendance européenne, française et espagnole. Mais vous pouvez comprendre pourquoi, pour moi, l’utopie européenne, l’anti-fascisme et l’accueil des réfugiés ne se discutent et ne se mégotent pas.

Ici prend fin le voyage de Don Quichotte et de Rossinante : exactement à ce qui fut son point de départ initial.

Une réflexion sur « Retour au point de départ »

  1. Sans retracer et évoquer toutes les familles de France qui ne l’oublions pas  » à fait la FRANCE » en souffrant en silence dans son coin, la France sur beaucoup de générations est façonné de l’immigration avec son lot d’histoires. Qui n’a pas dans sa famille des italiens, grecs, espagnols, ouest-est, sud-nord.. moi-même issue de russe blanc en 17. nous sommes fier d’être « ses descendants ».Merci Mr. »Paquito » de nous refaire penser à nos aïeuls les anges gardiens qui font notre destin sans qui nous ne serions pas là ne l’oublions jamais…!!..Mathieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.