Le coeur sauvage

Ce n’est pas un livre de plage et c’est tant mieux car je n’aime pas la plage. C’est un regard poignant et nostalgique sur nos vies, sur la puissance du lien qui nous relie à la nature, au monde de notre enfance et aux rêves de notre adolescence. C’est un livre plein d’une infinie tendresse sur la mort d’un rêve, qu’on dit américain, mais qui fut aussi celui de toute une génération, la mienne, celle des “hippies” et des “soixante-huitards”. Celà se passe dans le Vermont, une région rurale des USA en plein déclin, mais celà pourrait tout aussi bien nous décrire nous, ici, dans ce Val d’Entraunes où j’ai finalement échoué. On y parle surtout de femmes seules, des rapports entre mères et filles, entre pères et filles, de l’amitié entre femmes, mais les hommes y sont cependant présents et étonnamment humbles et humains.

Ce sont onze nouvelles qui ne racontent que des choses ordinaires de la vie : les ruptures et les désillusions séparant époques et générations; l’amour qui s’enfuit, toujours insaisissable; l’angoisse qui vous étrangle de perdre votre enfant unique au Vietnam ou en Afghanistan; la mort qui vient pointer le bout de son museau cancéreux pour siffler la fin d’une longue, belle et folle récréation; la ténacité qu’impose un monde dur, mais qui finit par réunir ruraux et néo-ruraux. On y trouve même le récit fidèle de la mort de Dany à Sauze-Vieux (sauf que dans le livre il s’appelle Tub) et cette nouvelle, intitulée “ les tourtereaux”, est d’une beauté indicible…

Ne cherchez pas dans ce livre une once de psychologie, la moindre leçon ou une quelconque tentative d’explication. Il ne fait que décrire avec une pudeur extrême des “short cuts”, des successions d’instants, d’ambiances, de menus dialogues qui en disent bien plus long que tous les discours. Les maisons délabrées, la musique, l’alcool, la nature – tantôt rassurante, tantôt angoissante – et ses saisons en constituent le décor, décrit avec le lyrisme simple des choses vécues. “Et moi ? A quelle maison j’appartiens ? A quel pré ? Les grillons stridulent de plus belle, partout. Toujours ce même vieux, très vieux chant d’amour;”

C’est le livre – pour moi, sublime – que je vais présenter ce soir à l’Assiette Littéraire. Pardonnez-moi par avance car je vais pleurer. Je sais très bien que cà ne se fait pas pour un homme. Sauf dans ma génération, celle, justement, des “coeurs sauvages” des années soixante : c’est même l’une des seules conquêtes dont je suis fier, ce droit d’afficher sans honte, pour nous, les mâles, notre sensibilité.

Robin Macarthur “Le coeur sauvage” Albin Michel

4 réflexions sur « Le coeur sauvage »

  1. Merci Paquito…
    Me voilà abonnée à tes voyages, e-prise de tes mots…
    Je regarde mes amis partir, atteindre d’autres rivages, témoigner d’un wilderness que je ne fais que lire…et qui nourrit ma soif de vivre.
    Merci pour la profondeur et la beauté de tes récits.
    La Patagonie c’est la promesse de te lire et de voir en photo la grande traversée !
    Prends soin de toi l’ami, plus encore que de ton vélo.
    Bises

  2. Superbe livre, Paquito, merci, dans lequel on plonge en profondeur et dont on ne ressort pas tout à fait la même, pas tout à fait une autre….(oui, je sais, c’est facile, voilà, pourquoi, je ne serai pas écrivain !).
    Bisous tout plein

    1. J’ai beaucoup aimé, mais je me permets de penser que seul l’âge – qui court après nous – nous rapproche de ces destins. Pour le reste, il me semble que toi comme moi courrons toujours après nos rêves, nos utopies et nos désirs.
      Bref, qu’est-ce que nous sommes jeunes !
      Enfin, surtout toi !
      Bises, amie de mon cœur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.