Adieu au Nord

Je vais prendre en soirée l’autocar pour Santiago.
C’est la fin de mon périple dans le Nord du Chili et de l’Argentine, qui fut en lui-même un voyage (deux mois et demi et 3300 km à vélo).

Ce fut une heureuse idée que de finir en douceur, ici, à Caldera, sur les rives du Pacifique. Rien ne peut plus sûrement que la mer marquer l’achèvement d’une odyssée terrestre, que ce soit à pied ou à vélo. Et la petite ville, en même temps port de pêche, terminal pour quelques tankers qui viennent s’y gaver les entrailles de minerai, et station balnéaire à demi-fantôme (nous sommes encore hors-saison ) m’a offert le cadre gris, la douceur de lumière et l’ennui provincial qui siéent si bien à la nostalgie, celle qui empreint ces moments insaisissables où l’on flotte à mi-distance entre un songe qui s’éloigne et le retour au réel. C’est le moment où le voyage perd sa réalité palpitante des semaines précédentes, pour retourner dans son pays d’origine, celui de nos rêves profonds, chargés de nos désirs et embellis de nos souvenirs.

J’ai repris ma deux roues. Je suis allé jusqu’au phare, tout au bout de la pointe, ultime tentacule jetée dans les flots par le désert d’Atacama. Au beau milieu des rochers des fleurs s’essayaient timidement à remplacer le bleu du ciel. Ce dernier se fondait dans l’immensité grise des flots. Il n’y avait plus d’horizon discernable. Tout était de nouveau grand’ouvert…

 

7 réflexions sur « Adieu au Nord »

  1. Sage décision: l’autocar! un autre type de sport ! Gare au vélo!
    Verdad ! l’immensité rugueuse de ces paysages peut-elle faire le bonheur du cycliste , fut-il en proie aux mirages d’altitude ! Un superbe trip , quoiqu’il en soit! L’aventure continue, d’un autre ordre sans doute . Requinqué, prêt pour de nouvelles découvertes ? Bonne chance Paq , be careful !
    Ici, on a froid et il pleut . C’est égal ! Partir viendra plus tard . J’aime bien les mouettes de ta photo, ce sont mes copines ……

  2. Quel formidable périple!! Quelle forme olympique-et même plus-tu démontres. Elle fera qu’à ton retour, en toutes saisons, tu pourras aller chercher ton pain quotidien et tes croissants à Bayasse à vélo sans assistance électrique…
    Nous te suivons avec admiration, mais sommes quand même un peu envieux de ton expérience….
    Continue à nous épater…Toutes nos affectueuses pensées- niçoises- maintenant.
    Les Bellone

    1. La tribu des Bellone me manque et la neige un peu aussi.
      Mais on ne peut tout avoir… l’hiver à Estenc et le printemps à Santiago.
      Tournée générale de bises à tous

  3. Le repos du guerrier, en quelques sortes…
    Alors ? Ce bus avec ou sans velo ? Avec ou sans supplément ? A quel niveau evalues -tu ta capacité de persuasion ?
    Bon voyage

    1. Sans ma Rossinante, ce serait la fin de notre vie de couple ! J’ai donc embarqué le velo avec en prime un billet de 5000 pesos pour le steward (c’est peut-être un peu trop, d’ailleurs). Et je coule maintenant à Santiago des jours heureux et paisibles, seul client de mon B&B…
      Amities

  4. Oh!!zut!!!pequeno rey de la orilla del mar!!!tu nous nourris davantage les autres fois,je suis restée sur ma faim..!!!

    Un peu addicte,je suis!!
    Besos ;!!

    1. Non, querida, tu es restée simplement sur la fin
      Je savoure pour le moment l’entracte à Santiago
      Ensuite, on repart pour de nouvelles aventures
      Besos
      Paq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.