Sous un ciel de plomb (du Cantal)

image

Dimanche 29 Mai
Du gîte des Rajas à Chaudes Aigues (traversée de l’Aubrac)

Il a plu et tonné toute la nuit. La gardienne des Rajas avait raison : traverser le ruisseau à gué comme la veille était devenu impossible. Il restait une seule solution : décharger le vélo et essayer de traverser par l’étroite passerelle de pierre en faisant plusieurs voyages (les sacoches d’abord, puis – manœuvre plus délicate- le deux roues). Ce fut tendu, mais l’opération ne se termina par aucune noyade, ni celle du vélo, ni celle de son moteur.

Il fallait ensuite remonter le chemin chaotique descendu la veille. Cela fut l’occasion de m’initier à la pratique – très courante sur les routes chiliennes – de la « poussette », sport qui consiste à marcher en poussant de toutes ses forces un vélo violant à l’évidence la réglementation sur les surcharges. La suite, c’est à dire le franchissement de la mare boueuse, me parut un jeu d’enfant et je dévalais ensuite la piste jusqu’à la route, persuadé que c’en était fini de mon initiation aux pistes de Patagonie. C’était hélas compter sans la météo de la semaine qui commençait.

La pluie, qui menaçait depuis le matin, me cueillit à froid à la sortie du café de Nasbinals et ne me lâcha plus tout au long de la route magnifique qui traverse la moitié de l’Aubrac et conduit à Chaudes Aigues. Trente kilomètres parcourus sans un arrêt sous une pluie fine, froide et tenace. Exactement le contraire de ce qu’en principe Chaudes Aigues promet au voyageur… C’est sans doute ce qui me conduisit à faire halte dans ce bourg auvergnat et gris, aussi euphorisant que Guillaumes un Lundi matin d’automne, outre le fait – soyons sincère – que rouler encore 27 kilomètres sous ce crachin triste était loin de me convertir.

J’échouais ainsi dans le studio anonyme d’une résidence hôtelière de remise en forme (j’en avais bien besoin), puis à la table de la brasserie branchée (et carrément décalée dans un petit bourg d’Auvergne) qui lui était adjacente. Je devais y rester finalement deux nuits, dans l’attente que cesse de couler l’eau froide tombant des cieux, mais sans pour autant céder aux délices de Capoue promis par les eaux chaudes de l’établissement thermal. Un lave-linge permit cependant un compromis opportun entre le froid et le chaud : une lessive à 30°c rendit à mon trousseau fleurant la sueur le standing imposé par cette halte de luxe, de calme, mais sans la moindre volupté. Ma seule visite « en ville » fut pour la Poste de Chaudes Aigues dont la seule différence avec celle de Guillaumes est de fermer justement le Lundi après-midi au lieu du Mercredi, résumant ainsi l’étonnante diversité de nos campagnes toutes mourantes.

image

Mardi 31 Mai
De Chaudes Aigues au col de Prat de Bouc (Cantal)

Ce matin-là, devenu en trois jours un expert des mille nuances de gris cultivées par le ciel d’Auvergne pour mieux exciter les touristes, je crus lire dans les nuées un augure favorable : il ne pleuvait pratiquement plus ! En bon Don Quichotte espagnol prêt à croire en toutes les utopies, j’enfourchais ma fidèle Rossinante et partis sur le champ à l’assaut du troisième seigneur du Massif Central, le célèbre Plomb du Cantal.

La matinée tint ses promesses. Traverser la vallée de la Truyere le long de petites routes aussi verdoyantes que désertes fut un régal. J’eus même le loisir de prendre quelques photos en cours de route, c’est dire si les cieux m’étaient cléments ! J’aurais cependant dû me méfier davantage en admirant les bords de route rutilants partout du bronze des mousses…

Toujours est-il que ce premier épisode connut un épisode aussi heureux que trompeur : sur le coup de midi, je dénichais sur la place du petit village de Pierrefort l’un de ces petits bars-tabacs qui osent encore afficher sur leur porte un menu « ouvrier » à douze Euros (avec, s’il vous plaît, fromage ET dessert). Et sans le moindre supplément, on pouvait suivre plein pot les jeux télévisés du jour. Pourquoi y-a-t-il donc encore des grèves en France ?

La pluie, qui menaçait depuis le matin, me cueillit à froid à la sortie du café-restaurant de Pierrefort et ne me lâcha plus tout au long de la route magnifique qui conduit au Col du Prat du Bouc, juste au pied du Plomb du Cantal. Un vrai déluge, qui se transforma avec l’altitude croissante en un affrontement personnel avec une vraie tempête aux bourrasques de plus en plus glacées et hargneuses. Je suis arrivé au col tel un véritable héros du Tour de France, bien qu’il n’y ait à ma grande surprise ni caravane publicitaire, ni télés, ni un seul spectateur. D’ailleurs même le gardien du gîte d’étape ne m’attendait plus… Je fus son seul client ce soir-la, allez donc savoir pourquoi….

image

Mercredi 1er Juin
Du col de Prat de Bouc (Cantal) au village de Pradiers (plateau du Cezallier)

La météo aurait besoin d’autant d’apaisement que le climat social. Je ne vous barberai donc pas aujourd’hui avec de nouvelles odyssées de pluies et de routes ruisselantes. Il suffit de savoir que l’ondée, qui menaçait depuis le matin, me cueillit à froid à la sortie du café-restaurant du petit village de Chalinargues et ne me lâcha plus tout au long de la route magnifique qui monte à Pradiers, sur le plateau du Cezallier.
Non, ce qui m’a fait enrager aujourd’hui, ce n’est pas ça (ce qui prouve qu’on s’habitue à tout, y compris au mauvais temps, et ceci d’autant plus facilement que c’était légèrement moins pire que la veille).

Ce qui m’agace, c’est mon incapacité à traduire en mots l’essentiel de mon voyage. Les sonnailles des troupeaux qui en sont partout l’obsédante musique. Les parfums d’herbes fraîchement coupées au bord des routes grâce au zèle incontestable des Ponts et Chaussées. La beauté austère de certains villages comme Albepierre ou des ruelles pentues de Murat, aux maisons de lave sombre crépies de blanc. La surprise des animaux sauvages qui ne m’entendent pas venir (hier, une famille entière de sangliers et aujourd’hui, un jeune renard que je n’ai pu apprivoiser, faute d’être le Petit Prince). Surtout, surtout, ce plafond très bas de nuages qui rampe sur les hautes terres comme pour les écraser, dessinant comme deux plateaux symétriques autour d’horizons lointains. Et puis, cette chance que me donne le mauvais temps, en faisant de moi le seul client, de rencontrer vraiment mes hôtes d’un soir. Je viens de partager leur dîner avec les gérants du gîte de Pradiers (un village aussi grand que Sauze). Anciens agriculteurs aujourd’hui retraités, leur connaissance et leur amour de leur terroir ont fait de cette soirée une rencontre passionnante. Une de plus….
C’est cela, tout cela le quotidien de mon voyage…
Le mauvais temps, donc, on s’en fout. D’ailleurs, en Auvergne, le meilleur moyen d’éviter que la pluie ne vous cueille à froid, c’est encore de rester au chaud au café du coin….

image

Jeudi 2 Juin
De Pradiers à la Godivelle (traversée du Cezallier)

Résumé : je suis parti d’un gîte dont j’étais le seul client pour un autre gîte, dont je suis évidemment le seul client (à tel point que la gérante, croyant sans doute à un canular, m’a fait confirmer deux fois ma réservation par téléphone ).

Entre les deux, entre 1100 et 1500m d’altitude, un plateau vallonné d’alpages : le Cezallier. Par beau temps, un mirador imprenable sur le Cantal au Sud et le Sancy au Nord. Peu d’arbres. Des kilomètres de clôtures, des bovins par centaines et une poignée de chèvres insolites (à Anzat le Luguet). Quelques rares villages qui ont la taille de hameaux et que séparent des cols tous plus débonnaires les uns que les autres (j’en ai franchi au moins 4 ou 5 dans la journée).

En ce qui concerne les conditions de l’étape, j’ai eu l’incroyable chance de bénéficier de tout ce que le Cezallier a de plus typique : visibilité réduite à une centaine de mètres par un fin crachin glace aussi tenace qu’une rage de dents, et bourrasques dignes par moments des grandes marées d’Armorique. En prime, le plaisir insolite de pique-niquer à l’abri d’un abri-bus local en bois…

Pas de doute,la traversée du Cezallier fut une belle étape… Impossible de comprendre pourquoi ma deux-roues fit ce jour-là une tentative de suicide en se jetant sur les rails d’une voie ferrée (heureusement désaffectée)

image

Sur les pistes du Mont Lozère et de l’Aubrac

image

Jeudi 26 Mai
De Villefort au Mas de la Barque (Mont Lozère)

Cette fois, c’en est bien fini des petites routes qui lézardent au soleil de Haute Provence ou des Cévennes. Celle qui monte au Mas de la Barque, sur les pentes des Monts Lozère, ne fait que 13 kilomètres, mais pour gravir 750 mètres de dénivelée. Je ne suis pas ici cependant pour glorifier les exploits (très laborieux) de mes vieux mollets.

Pourquoi donc s’acharner à monter si haut ? Certainement pas pour m’attendrir sur les vestiges de ce qui fut dans les années soixante une station du Plan Neige, pilotée à grands coups de deniers publics par les départements du Gard et de Lozère ! Aujourd’hui, il ne reste rien des douze téléskis et des cinquante canons à neige, la station de ski est devenue ce qu’elle aurait toujours dû se contenter d’être, une station de pleine nature vouée à la randonnée, au ski de fond et au VTT, et c’est bien mieux ainsi.

De magnifiques gîtes à louer, une auberge qui tient plutôt du refuge de montagne, une antenne du Parc national des Cévennes, cela produit bien plus de bonheur intérieur brut que tous les paradis de l’enneigement artificiel. Et c’est pour cela que je tenais à y monter. Le cadre, une vaste clairière ouverte sur des tourbières et entourée d’une hêtraie relique des anciennes forêts du Mont Lozère, évoque pour moi certains paysages du Canada ou d’Europe du Nord. J’y ferai l’après-midi une très belle balade…

Malgré la dureté de l’ascension, je ne regretterai jamais d’avoir commencé ma traversée du Massif Central par le Mas de la Barque. Et le jour suivant allait me conforter dans ce choix au-delà de mes espérances….

image

Vendredi 27 Mai
Du Mas de la Barque au village de Brenoux (à côté de Mende)

C’est qu’au départ du Mas de la Barque une piste pastorale court sur le versant Sud du Mont Lozère, reliant quelques hameaux du bout du monde, Bellecoste, le Mas Camargue, l’Hôpital à travers d’immenses espaces de pâturages et de forêts, avant de rejoindre le Tarn au Pont de Monvert.

Il faisait grand beau temps. La floraison des genêts tapissait de jaune des pans entiers de montagne. Je n’ai croisé que deux randonneurs étonnés de me voir pédaler là, un troupeau de vaches en goguette pas plus étonnées que ça, elles, et enfin leur vacher inquiet, lui, de savoir pourquoi ses vaches étaient subitement parties chercher leur bonheur ailleurs…. A ce détail près, il régnait ce matin-là une harmonie qui me faisait pédaler si allègrement que je décidais l’après-midi d’imiter l’exemple de mes copines aux grands yeux doux, et de sortir moi-aussi des routes trop battues, (même si sur la D35 on ne compte que deux ou trois voitures à l’heure aux horaires de pointe).

Avant d’atteindre le col de Montmirail, lieu de perdition qui me condamnait aux affres d’une route nationale, je pris donc discrètement la tangente sur une petite route, laquelle se transforma rapidement en un chemin de terre et de pierres dont un panneau d’interdiction déconseillait d’ailleurs ostensiblement la fréquentation. C’est ainsi que mi-roulant, mi-marchant, je descendis les gorges ombreuses et verdoyantes du Bramont. Comme quoi un brin d’excentricité ne nuit point forcément à la félicité d’un voyage, bien au contraire.

image

Dans le petit village de Brenoux m’attendait Françoise, mon hôtesse Warmshowers du soir. Est-il encore nécessaire de dire que ce fut une soirée simple, directe et sans chichis, pleine de nos souvenirs de voyages respectifs. Françoise a parcouru toute la vélo – route E6 de l’Atlantique à la Mer Noire…

image

Samedi 28 Mai
De Brenoux au gîte des Rajas (au sommet de l’Aubrac)

La gardienne des Rajas m’avait bien mis en garde : « Mende, c’est très loin! Surtout, partez bien tôt ! ». Évidemment, je n’en fis rien. Je savais que l’étape commençait par descendre la vallée du Lot sur une trentaine de kilomètres, avant d’attaquer la montée au col de Bonnecombe. Et 750 mètres de dénivelée ne me faisaient plus vraiment peur…

Ce fut donc une belle étape sans histoire, dans des paysages moins sauvages et plus humanisés que la traversée des Monts Lozère. Jusqu’à l’embranchement indiquant la direction des Rajas, deux kilomètres à peine sur l’autre versant du col. C’est ici en effet que commença l’aventure…

D’abord un bon kilomètre de montée sur une piste pastorale caillouteuse au possible, histoire de se réveiller un peu. Ensuite, une mare boueuse à franchir – barrant toute la piste -, le vélo immergé dans l’eau brunâtre et son propriétaire essayant désespérément de rester sur la rive et ne pas rejoindre son deux roues. L’obstacle surmonté, de la colline, on aperçoit enfin le gîte au loin, blotti au milieu des pâturages dans un écrin protecteur de gros rochers ….au pied d’une descente plus pentue encore que la montée précédente et dans un état de viabilité à côté duquel cette dernière serait passée pour une autoroute.

Coup de blues et bouffée de colère. J’en veux à la gardienne de ne m’avoir rien dit. J’envisage même un moment de tourner casaque et de repartir chercher un autre hébergement. Mais Nasbinals est à plus de 17 kilomètres, nous sommes un Samedi soir et j’ai déjà avalé la montée…. Et puis, tout un coup me vient l’idée que ce parcours est exactement ce qui m’attend sur les pistes de Patagonie, et que rien ne m’autorise donc à râler et à pleurnicher ….Je me lance donc dans la descente, accomplie pour l’essentiel à pied, tout en pensant au trajet retour du lendemain….

Tout en bas, au moment de toucher de la roue le Saint Graal, me guette encore l’ultime obstacle : le ruisseau. Une passerelle de deux gros rochers permet aux randonneurs de passer, mais elle est bien trop étroite et risquée pour un cycliste et son vélo chargé. Il ne reste plus qu’à se nouer chaussures et chaussettes autour du cou et à passer à gué avec la bécane à la main. J’ai de l’eau jusqu’aux genoux et le vélo jusqu’au milieu des sacoches, mais au moins elle est fraîche et claire.

image

C’est ainsi que j’atteignis le buron des Rajas et son inoubliable gérante, qui déclara à mon arrivée : « j’espère qu’il ne va pas pleuvoir, sinon la traversée du ruisseau deviendra impossible ». Une heure plus tard l’orage arriva et dura toute la nuit…. Cette soirée aux Rajas, partagée avec un groupe de randonneurs vraiment sympas, fut absolument mémorable du début à la fin. Mais pour la fin, ce sera demain, si vous le voulez bien….

Laisser le rêve ouvrir la route…

image

Lundi 23 MaI

De Velleron à Saint Remeze (gorges de l’Ardeche)

Après une journée entière de repos chez mon frère (merci Antoine et Annette), il ne me reste plus qu’à franchir le Rubicon, qui, en Comtat Venaissin, s’appelle le Rhône. Et contrairement à la légende qui en fait un exploit, ce n’est rien que du bonheur. Les routes sont parfaitement plates et on peut y faire toutes les demies heures la course avec un TGV. La seule côte sérieuse est celle des vignobles de Chateauneuf du Pape (ou je m’arrêterai évidemment boire ….un cafe). Le pont sur le fleuve offre une vue inoubliable et romantique sur la centrale nucléaire de Marcoule. Que pourrait demander de plus le petit peuple cyclotouriste ?

C’est sûrement au moment où je m’emm…. paisiblement et où je me demandais ce que je foutais la que m’est brutalement venue l’idée d’abandonner l’itinéraire prévu et d’aller visiter la grotte Chauvet, a côté de Vallon Pont d’Arc, dernière découverte majeure de l’art de la préhistoire. De toute façon aucun de mes contacts Warmshowers ou Couchsurfing n’avaient daigne me répondre. J’étais donc parfaitement libre.

image

C’est ainsi qu’à six heures du soir, au terme d’une étape de 90 kilomètres, pénétré de millions de particules fines et tout poisseux de vapeurs d’essence, j’échouais dans un camping à Saint Remeze, dernier village avant la fameuse grotte (ou plutôt, comme à Lascaux, avant son fac-similé ).

Un camping, pour moi, c’est une solution de substitution à Warmshowers, en mille fois pire. Un dix mètres carré de pelouse et une douche chaude pour 8 Euros, au milieu de gens qui s’emmerdent dans leurs bungalows ou leurs caravanes et regardent ma petite tente comme aussi incongrue ici qu’un chapiteau de cirque…. Ne soyons pas ingrats: il y avait aussi des bières et la Wifi…. À toute chose, malheur est bon !

image

Mardi 24 Mai
De Saint Remeze à Banne

Les peintures de la grotte Chauvet ? Une splendeur qui nous questionne, car bien que deux fois plus anciennes que celles de Lascaux, elles sont tout aussi belles. Pour le reste, une usine a 1000 touristes par heure (et j’y fus a une date et à une heure de basse fréquentation). Une guide qui dévide trop sagement son baratin et prend soin surtout de les distances avec le groupe suivant. Des casques vissés sur les oreilles qui empêchent tout dialogue et déshumanisent la visite (autant faire des visites libres avec dès audio-guides). Une galerie des Aurignaciens qui, elle, est en visite libre, mais avec une débauche technologique de moyens vidéos. C’est du culturel à consommer, privé de tout échange humain… Finalement, l’Aurignacien local qui aura été le plus humain ce matin-là , sera le vigile qui, bravant tous les interdits du plan vigie-pirate, m’ouvrira les portes de la consigne devenue inutile pour y abriter mon précieux vélo.

Après cet intermède touristique, retour au voyage.
Je m’étais promis de passer par un tout petit village ardéchois, Bessas, pour y revoir celui et celle qui, pendant mes longues années grenobloises, furent à la fois des amis et des parents de substitution, ceux chez qui on pouvait s’inviter le soir, ceux qui m’ont aidé patiemment a trouver ma voie montagnarde au milieu de tous les doutes et de tous les possibles. Jean – mon professeur d’escalade et d’alpinisme – et Claudette Giroud furent ceux-là . Ils n’étaient hélas pas dans leur maison de Bessas lors de mon passage. Je le savais et j’ai tenu pourtant à passer par ce petit village entoure de vignes. Ma façon à moi de rendre hommage à ce couple d’amis exceptionnels.

Ce que j’avais oublié, c’est que le petit col qui domine le village, le col de la Serre, cache derrière son altitude débonnaire (371m) une bonne montée à 11%. C’est parfois terriblement exigeant, le culte de l’amitié…

En soirée, fourbu, j’atteins le très beau village perché de Banne. Au pied de la côte qui y conduit un panneau « Auberge de Banne » m’avait alléché… Ce qu’hélas le panneau ne précisait pas, c’est qu’il s’agissait d’un hôtel 4 étoiles, interdit aux routards de mon espèce. Je perdis ensuite une heure à trouver les deux chambres d’hôtes de la commune ….pour me rendre compte que leurs propriétaires respectifs étaient absents.

Il ne me restait plus, la queue basse, qu’à reprendre la route. La D251 ressemble davantage à une étroite route communale qu’à une vraie départementale. Discrète, elle se glisse en serpentant au milieu d’un plateau de lapiaz couvert d’un maquis très dense qui évoque le célèbre bois de Paiolive, juste a côté des Vans. A cette saison, ce maquis de chênes-verts est en pleine floraison et ce parcours fut un véritable enchantement, après les désillusions de Banne. Je me suis enfoncé loin le long d’une piste forestière, avant de planter mon second bivouac du voyage au milieu des fleurs sauvages…

image

Mercredi 25 Mai
Du plateau de Banne à Villefort par le col du Peras

Je suis reparti le lendemain sur les petites routes enchantées des contreforts des Cévennes, celles où l’on passe insensiblement des chênes verts aux pinèdes et aux châtaigneraies. Le filtre de beauté distillé par Merlin devait être si puissant, ce matin-la, que lorsque je me suis rendu compte que j’avais loupé le bon embranchement, il était déjà bien trop tard pour faire demi-tour. Il ne restait donc plus qu’à improviser mon itinéraire du jour… C’est ainsi qu’un petit village perdu dans la montagne, Bonnevaux, m’attira en me promettant la découverte d’une abbaye, dans mon esprit forcément cistercienne et romantique. Au terme d’une rude ascension, il s’avéra que l’abbaye – si elle existe – est aujourd’hui un domaine privé, mais que le village abritait une merveille d’église romane? Aux murs ornés de curieuses têtes sculptées. Et puis il y faisait si bon et si paisible que cela valait bien toute la rigueur de l’ascèse cistercienne…

C’est ainsi, en lâchant prise devant les imprévus et en laissant peu à peu mes rêves ouvrir ma route que je suis arrivé à Villefort, ce bourg sans charme qui marque pour moi la frontière exacte entre le « Midi » et le Massif Central, entre le monde des collines et celui de la montagne. Ici se terminait la seconde étape de mon périple sur la rive droite du Rubicon…