CORSICA SERIES

1er Avril 2022 – TOULON – BASTIA

Premier Avril. Rien à voir pourtant avec une farce ou une blague douteuse. D’ailleurs, aucun doute n’est permis ce soir : le seul déplacé qui embarque sur le ferry pour Bastia, c’est bien moi. L’ami Fred, fidèlement, veille à la manœuvre et nous largue avec nos deux vélos sur les quais de Toulon. Il y règne un vent à démâter n’importe quel navire. Nous ne le savons pas encore, mais ce ne sont que les prémisses de ce qui nous attend en Corse. Le grand souffle de l’aventure, en quelque sorte… Le tout est plutôt de savoir où se niche la véritable aventure. Car pour une fois je ne pars pas seul, mais avec une charmante compagne de voyage, rencontrée sur un site bien connu de rencontres écolos. A ce stade de l’histoire, seul l’avenir peut dire si nos cotisations réciproques auront été un bon investissement affectif ou rien qu’une farce de 1er Avril … Mais bon, c’était déjà trop tard pour nourrir des regrets : les amarres étaient larguées et les dés jetés.

2 Avril 2022 – BASTIA

Il pleut sur Bastia. Il neige sur les hauteurs qui dominent la ville. De sombres nuées plombent le ciel. La ville revêt au petit jour le charme lugubre d’un port breton en hiver… Il fait un temps à ne pas mettre un cycliste dehors, sauf peut-être escorté d’un Terre Neuve dressé au sauvetage en mer. C’est le moment opportun que choisit le dérailleur de ma nouvelle compagne d’aventure pour pousser son petit caprice. Bon ! Ce n’est après tout que le premier test pour une équipe qui est encore loin de constituer un tandem :  rester aussi flegmatique qu’un Corse devant un fourgon de CRS, analyser (très froidement) le problème, tenter une réparation de fortune, et finir par dénicher providentiellement le seul marchand de cycles du centre-ville (« Cycles 20 » pour mieux le dénoncer).

Cette divertissante péripétie de mise en jambes nous ayant ouvert l’appétit, nous sommes logiquement tombés du premier coup sur le plus corse des petits restaus de la ville. C’est à la lumière de ce genre de pseudo-hasards heureux que nous nous sommes découverts un premier penchant commun : celui d’être tous les deux de fins museaux, autrement dit des gourmands. Chez Adeline, nous nous sommes vus attribuer la dernière table libre, et tant pis si elle était par ce froid juste à côté de la porte (toutes les autres tables étant occupées par les habitués, j’allais dire par « la famille »). Adeline (« Chez Ada ») restera mon meilleur souvenir de Bastia.

L’après-midi fut écourté par de vigoureuses et convaincantes averses de grêle, nous forçant à abréger la visite de la citadelle et à nous réfugier dans l’appartement généreusement mis à notre disposition par des amis corses. Un bijou perché sous les toits, au milieu des nids de mouettes et juste au-dessus du vieux port, mais défendu par quatre volées d’escalier presque aussi raides qu’une piste de bob.

3 Avril 2022 – BASTIA – VENZOLASCA (38km +200m)

Il fait plus que frais, ce matin, mais l’étape commence par une romantique promenade de bord de mer. Et puis, plus rien ne nous tombe sur la tête, même pas le ciel qui, ce matin, s’est lavé la frimousse. Hélas, ce qui pouvait presque prétendre au rang de piste cyclable s’achève en impasse au bout de quelques kilomètres à peine et pas d’autre issue alors que d’enfiler la route à quatre voies jusqu’au stade de Furiani. Ensuite, c’est heureusement plus plaisant : une route certes fréquentée, mais bordée d’une allée cyclable, fait le tour de la lagune de Biguglia, classée en réserve naturelle. Même si le soleil repousse inexorablement les assauts de la neige, les montagnes en robes de premières communiantes nous lancent des oeillades époustouflantes par-dessus le miroir de l’étang.  C’est simple : on se croirait presque revenus au Cap d’Antibes, avec les Alpes enneigées en toile de fond !!!

Nous déjeunons sur le parvis de la belle et sévère église romane de La Canonica (début du XIème siècle). La fin du parcours est bien moins excitante, qui nous ramène pour quelques kilomètres sur la grande route. Un dernier rond-point et nous quittons définitivement (ou presque) la civilisation, en empruntant la départementale qui s’élève vers notre premier village perché, Venzolasca. Nous ne dépasserons pas aujourd’hui les 150m d’altitude, mais nous pénétrons tout de même immédiatement dans la Corse des montagnes, celle des petits villages, celle des petites routes aussi tortueuses que désertes, celle des paysages mariant mer et montagnes, celle que nous sommes venus rechercher.

4 Avril 2022 – VENZOLASCA – ROCCA SOPRANA (38km +1130m)

Une route qui serpente et s’élève doucement en s’ouvrant à gauche sur la mer et sa ligne rectiligne d’horizon et à droite sur les découpes acérées des crêtes enneigées. Un premier col, celui de Sant’Agostino et nous voici déjà à presque 700m d’altitude. Et puis, sur chaque éperon ou replat de terrain, une église, un hameau… Tiens ! Deux vélos chargés, abandonnés devant le café du village ! Nous y rencontrons deux jeunes femmes voyageant elles aussi en deux roues, en dépit des rudes conditions météo. Un thé partagé, quelques minutes d’échanges chaleureux : tout ce qui fait le bonheur du voyage à vélo (prendre toujours le temps de…), tout ce qui dissipe le froid de la route, avant que les nôtres ne se séparent de nouveau.

Déjeuner au chaud est aujourd’hui impératif mais nous impose un petit détour par le village de La Porta, où se trouve le seul restau ouvert du coin, « U Franghju ». Les patrons seront aux petits soins pour nous, d’autant que nous sommes leurs seuls clients : leur cuisine est un vrai régal !  Pour expier ces abus gourmands nous attend la rude montée de notre troisième col de la journée, la Bocca di U Pratu, à presque 1000m d’altitude. Et comme il ne faut jamais bouder son plaisir, je m’accorde celui d’oublier un gant au pied de l’ascension (ah, la photo…), ce qui me vaut une seconde tournée gratuite de montée. Mais le vent et le froid sont tels aujourd’hui que descendre est presque plus pénible que grimper, même avec un gant retrouvé !


Heureusement, nous sommes presque arrivés au terme de notre étape, le hameau perdu et perché à 950m d’altitude de Rocca Soprana, au-dessus de Morosaglia. Quelques maisons en ruines, quelques autres restaurées, une table et des chambres d’hôtes, enfin tout autour une vue immense ouverte sur les montagnes… Et puis demain, il fera beau : le jeu des nuages nous en fait ce soir la solennelle promesse.

5 Avril 2022 – ROCCA SOPRANA – FAVALELLO (45km +640m)

Chose promise, chose due : ce matin, le soleil est revenu à la bonne humeur. L’itinéraire est une route en balcon qui enchaine les petits cols les uns après les autres et le long de laquelle se succèdent une multitude de villages et de hameaux. Au long de la journée (l’étape est courte), nous nous offrons le luxe de quelques détours aussi gratuits qu’inutiles pour rendre visite à certains d’entre eux : Castineta, Loriani, Alando. Routes et villages sont déserts. Notre seule vraie rencontre de la journée est celle d’un berger philosophe qui se laisse mener par son troupeau de brebis bien plus que le contraire. Nous croisons par ailleurs sur la route davantage de cochons et de vaches en liberté que d’humains à pied ou à quatre roues. Le soir, nous sommes redescendus à 300 m d’altitude et nous voici à 9 kilomètres seulement de Corte.

6 Avril 2022 – FAVALELLO – VEZZANI (45km +1120m)

Le lendemain, il faut commencer par remonter ce que nous avons dévalé la veille pour atteindre le village d’Erbajolo, perché à 750m. Une belle route en corniche nous conduit ensuite au village d’Altiani. Dans un coin de la petite place, un bar (le Sansonetti) est providentiellement ouvert : nous nous y engouffrons car il est temps de déjeuner. Le patron qui allait fermer l’établissement appelle son épouse à la rescousse pour nous sauver de la famine. C’est à leur seule gentillesse que nous devrons de repartir le ventre plein. Compréhension et empathie pour des touristes voyageurs, mais surtout volonté de maintenir ouvert le dernier foyer de vie et de rencontre de leur communauté villageoise. Chapeau !!!

Une belle descente ensuite, pour traverser – privilège des piétons et des cyclistes – le Tavignano sur le pont génois d’Altiani (XIVème siècle). Suivent les seuls trois kilomètres de route nationale de notre traversée de la Corse (enfin, presque !). La fin de cette étape est une belle remontée vers les villages de Noceta et Vezzani (800m d’altitude), pimentée par le retour du mauvais temps : c’est sous une pluie glaciale que nous parvenons jusqu’aux petits chalets de notre hôte du soir, lequel, ému par notre situation de pénurie alimentaire (l’épicerie de Vezzani était fermée), nous évite la famine (pour la seconde fois de la journée !) à grand renfort de saucisson et de fromage : vive la Corse !!!

7 Avril 2022 – VEZZANI – GHISONI (30km +510m)

Une courte étape, avec un fait divers qui illustre à merveille le climat en Corse dès lors que l’on sort des sentiers battus. Pour passer d’une vallée à l’autre, le petit col de Cardo. Hélas, la route est fermée pour travaux et la déviation nous impose 15 kilomètres supplémentaires au vu de la carte. Nous décidons donc, en bons Français indisciplinés, d’ignorer l’interdiction et de tenter notre chance. Mais 2 kilomètres plus loin, la route est bel et bien fermée de grands grillages infranchissables. Nous parlementons avec les ouvriers et ce sont eux qui finalement nous aideront à franchir le barrage. Merci, les gars, et vive le vélo ! Que dire de plus, sinon que la route qui remonte ensuite les gorges de l’Inzecca et des Strette est magnifique.

8 Avril 2022 – GHISONI – SERRA DI SCOPAMENE (69km +1140m)

C’est notre plus longue étape puisqu’elle implique de franchir deux cols : celui de Verde (1289m) et celui de la Vaccia (1193m). Mais tout ce dont je me souviens, c’est que ce fut splendide tout du long même si la descente du premier col fut le théatre de notre premier et seul différent à propos de l’itinéraire : Il était dix ou onze heure du matin et ma compagne était irrésistiblement attirée par le village le plus proche, dans l’espoir (fou) d’y trouver un petit café accueillant et un grand chocolat chaud… Heureusement le soleil vint à ma rescousse, dissipant ses fantasmes de réchauffement non climatiques, et, quelle chance, nous avons même eu la chance de dénicher ensuite un petit restaurant ouvert à Zicavo. Quant au gîte d’étape de Serra di Scopamène, dont nous étions les seuls clients, que dire sinon un merci grand comme çà à Sabrina, sa gérante, pour son accueil ?

9 Avril 2022 – SERRA DI SCOPAMENE – L’OSPEDALE (33km +450m)

Sainte Marie, une petite chapelle romane du XIème siècle blottie au bout d’un chemin creux bordé de vieux murs. Des angelots baroques y folâtrent gaiement sur l’autel : il faut dire qu’il fait si beau ce matin… A la sortie du village de Quenza, un panneau excite notre curiosité : il nous fait découvrir un joli jardin, orné de sculptures contemporaines. Hélas, notre époque qui a tout pour nous rendre heureux, parait hantée par la mort, figurée dans plusieurs œuvres. Les humains ne sont plus que de froids androïdes. Mais où est donc passée la gaité des anges ?


Après avoir franchi la Bocca d’Ilarata (991m), nous abandonnons nos vélos (en les cachant derrière les toilettes !) et partons pour une belle randonnée jusqu’à la cascade de la Piscia di Gallu (la Pisse du Coq !). Le site est beau et après le mauvais temps des jours précédents, la chute d’eau s’est muée en une cataracte grondante. Mais ce sont surtout les vues sur la mer et les rochers transformés en sculptures par l’érosion qui font le charme de cette balade.   


Quand nous retrouvons nos bécanes, nous ne sommes plus seuls : le vent s’est invité, assez violent pour provoquer quelques belles embardées, surtout sur les rives du lac d’Ospedale. C’est le moment que choisit ma compagne pour tenter une échappée : pour échapper aux ardeurs d’Eole (ou bien aux miennes ? Je vous laisse le choix…), elle plonge dans la descente sur Porto Vecchio comme si elle avait le diable à ses trousses. Emportée par la vitesse, elle dépasse le gite du village sans même le voir.  Ce n’est qu’un kilomètre ou deux plus loin que je parviens à stopper son élan : il ne reste plus qu’à éclater de rire et à remonter… Quelle belle journée !

10 Avril 2022 – L’OSPEDALE – SOTTA (30km +180m)

Pour éviter la circulation automobile de cette journée électorale, nous nous glissons sur les petites routes de l’arrière-pays de Porto-Vecchio, rejoignant Sotta par le village de Muratellu. L’après-midi, un petit tour à la plage et autour de la Punta di a Chiappa ne nous épargnera cependant pas quelques tronçons de route nationale. Après une semaine de solitude sur les routes de montagne, la côte nous parait soudain bien fréquentée ce Dimanche. Heureusement les chemins de traverse, bordés de chênes-liège, de vignes ou de garrigues restent un pur enchantement….

11 Avril 2022 – SOTTA – BONIFACIO AR (48km +830m)

Ce contraste entre nationales infernales et petites routes paisibles, nous le vérifierons encore le lendemain, notre dernier jour de vélo, en allant visiter Bonifacio en aller-retour : dix kilomètres de ligne droite sur la N10, c’est bien assez pour saturer !!!  Et Bonifacio ? Site grandiose et cité pleine de caractère, mais déjà assaillie par les premières vagues de touristes… Je n’ose m’imaginer ici à vélo en pleine saison. Il est temps (hélas) de prendre le chemin du retour…  

L’an prochain, nous partirons de Bonifacio ou de Propriano pour aller découvrir la Sardaigne. Et tant pis pour le vent ou le froid, mais ce sera comme cette année, en Avril, c’est-à-dire …juste  avant tout le monde et surtout seuls tous les deux !

2 réflexions sur « CORSICA SERIES »

  1. Bonjour,
    J’espère que tout va bien et que vous avez pu reprendre les voyages

    Je vous contacte pour vous signaler que plusieurs anciens de VoyageForum ont ouvert un nouveau forum de voyage pour nous y retrouver dans une ambiance apaisée.
    Si cela vous intéresse, c’est ici forumvoyage.forumactif.com
    Au plaisir de vous recroiser
    Cordialement
    Sissi57

    PS :
    si vous avez des amis, des connaissances qui pourraient être intéressés, ne pas hésiter à leur.. faire suivre aussi ce message, merci

    PS 2 : si vous avez déjà reçu ce message, désolée pour le doublon, nous sommes plusieurs à chercher à faire connaître ce nouveau forum

  2. Beau trip !
    Pour la Sardaigne, n’hésite pas à demander des infos. Nous serons heureux de les partager !
    A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.